AGIR RSE – Harmoniser tous les actes de l’entreprise

travail

AGIR RSE

, une semaine pour passer de l’inspiration à l’action

L’entreprise libérée…quésaco ?

séparateur

Depuis plusieurs années, nous entendons parler de l’entreprise libérée. Mais qu’entendons-nous par entreprise libérée ?

Dans leur ouvrage « Liberté et Cie » paru en 2012, Isaac Getz et Brian M. Carney définissent l’entreprise libérée comme celle où « les salariés sont libres et responsables d’entreprendre toutes les actions qu’ils estiment les meilleures pour l’entreprise». Une définition intéressante qui déstabilise notre façon de concevoir traditionnellement l’organisation d’une entreprise et qui suscite beaucoup de questions : comment travaille-t-on dans une entreprise libérée? Comment s’organise-t-elle au quotidien? Comment les décisions sont-elles prises? Autant de questions auxquelles Kevin Delfour de l’entreprise Sogilis va répondre. 



Rencontre avec Kevin Delfour de l’entreprise Sogilis.

entreprise sogilis photo


Pouvez-vous nous présenter l’entreprise ?

sogilis logo oiseau

Sogilis est une société de services créée en 2008 par Christophe Baillon. Nous sommes spécialisés dans la conception de logiciels et applications informatiques. L’entreprise va également plus loin puisque nous proposons à nos client.e.s un accompagnement sur leur business modèle et leur stratégie financière.

Notre travail au quotidien doit répondre à 3 objectifs : enthousiasmer le client, être rentable et, pour les salariés, s’épanouir au travail.


Pourquoi parler de Sogilis comme étant une entreprise libérée ?

Parce qu’il n’y a pas de manager ni de lien hiérarchique. L’ensemble de l’équipe s’autogère. Les collaborateur.rice.s discutent et décident ensemble aussi bien de la validation ou non des demandes client.e.s que de la vie de l’entreprise comme les actions de communication et financières. Nous sommes libres de proposer, d’agir, et de décider à partir du moment où les 3 objectifs cités précédemment sont respectés. Par exemple, les augmentations de salaires sont décidées en équipe tout en sollicitant l’avis des gérants afin que nos décisions ne mettent pas en péril l’entreprise si nous avons des doutes. 




« L’entreprise libérée c’est là où il fait bon vivre ! »

« Travailler dans une entreprise libérée est plus stressant, mais c’est du bon stress qui favorise le bien-être au travail ! »

Les collaborateur.rice.s ont également la possibilité de proposer des projets plus personnels et d’avoir du temps dédié pour les développer.

Nos maîtres mots sont : liberté, initiative, écoute et respect. 


Quels outils ou méthodes d’organisation utilisez-vous ?

Nous utilisons plusieurs outils informatiques pour faciliter la collaboration et les prises de décisions (mails pour le suivi des projets et un logiciel de discussion instantanée pour la vie de l’entreprise). Nous avons instauré des points quotidiens, hebdomadaires et mensuels  pour gérer les problèmes au quotidien, suivre les actions et partager avec l’équipe. Concernant la gestion des ressources humaines, les entretiens annuels d’évaluation sont réalisés par les collaborateur.rice.s eux-mêmes. Les évaluateur.rice.s vont être les collègues avec lesquel.le.s nous avons le plus collaboré dans l’année. 


« Les personnes portent leur responsabilité au niveau individuel et collectif »


Nous avons également mis en place les entretiens 360° : tou.te.s collaborateur.rice.s ont la possibilité de solliciter ce type d’entretien. Le principe est simple, toute l’équipe se réunit pour échanger sur ce que l’équipe préconise comme axe d’amélioration ou apprécie chez la personne qui a sollicité l’entretien. 


Enfin nous avons mis en place le concept des « pizzacodes » qui consiste à se réunir en soirée avec des pizzas pour partager les compétences en codage et développement informatique. 


Comment imaginez-vous la suite pour Sogilis ?

Le développement du business sera qualitatif : notre objectif n’est pas de multiplier le nombre de nos client.e.s, mais d’avoir une liste d’attente de client.e.s !


Nous voulons également rester une entreprise à taille humaine et aller plus loin dans le concept d’entreprise libérée sous l’angle de l’innovation sociale par rapport à nos propres valeurs. Par exemple, nous réfléchissons aujourd’hui au principe des « congés illimités » : ne pas se limiter à 5 semaines/an mais prendre autant de congés que la rentabilité de l’entreprise et notre travail au quotidien nous le permettent. 


Quelles sont les limites selon vous de l’entreprise libérée ?

Je visualise 3 limites à la mise en œuvre d’une entreprise libérée :

  • Le nombre de collaborateur.rice.s car ce qui est possible pour une entreprise de 10 à 30 personnes peut être plus compliqué pour une plus grande entreprise si son modèle n’est pas libéré à l’origine.
  • Les limites liées au périmètre, il me semble important de limiter son activité à son cœur de métier, ce que nous savons bien faire,  de garder une vision commune.
  • L’entreprise libérée n’est pas compatible avec tou.te.s salarié.e.s, il faut que les personnes soient autonomes, qu’elles aient envie d’avoir des responsabilités et de s’investir comme si c’était leur propre entreprise.

« Ceux qui font sont ceux qui savent le mieux ce qui est bon pour l’entreprise. » 

« Tu ne changeras pas la personne mais tu peux changer le cadre pour la faire évoluer !» 

« Ce n’est pas parce qu’on peut tout faire qu’on peut faire n’importe quoi ! »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatorze − dix =