Un projet « Équilibre des temps de vie en entreprise »

Le projet « Équilibre des temps de vie en entreprise » de FACE Grand Lyon a été retenu par l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) dans le cadre de l’appel à projet « FACT – Agir en faveur de l’égalité et de la mixité ».

 

Il vise à accompagner des TPE-PME sur les sujets de l’égalité professionnelle femmes-hommes et de l’articulation vie professionnelle-vie privée en entreprise à travers 2 actions : 

 Action 1 « Réalisation d’un diagnostic et aide à la rédaction d’un plan d’actions »

— Le Diagnostic sera composé de 2 parties : une partie entièrement dédiée à l’égalité professionnelle dans l’entreprise et une partie dédiée à une analyse plus fine sur la question des conditions de travail et notamment de l’articulation vie professionnelle-vie privée.

— Aide à la rédaction d’un accord ou plan d’actions.

Action 2 « Appui aux entreprises dans le déploiement de leur accord et/ou plan d’actions »

 — Organisation de rencontres entreprises => Apports et échanges de bonnes pratiques.

 — Organisation d’un hackathon : FACE Grand Lyon rassemblera sur une journée, des personnes issues d’horizons différents (étudiant.e, responsable RH, chef.fe d’entreprise, médecin du travail, informaticien.ne, sophrologue, institutionnel.le…) pour les amener à échanger et inventer les solutions de demain. Ces solutions pourront ensuite être développées ou appropriées par les entreprises.

 

Le projet se déroulera de juin 2018 à janvier 2020.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez – nous !

j.treger@fondationface.org

06 27 46 39 27  /  04 72 10 01 07 


En avant les métiers chez ALSTOM !

Tel était le sujet de découverte pour des élèves de trois lycées professionnels de Villeurbanne, en immersion professionnelle lors d’un stage collectif au sein de l’entreprise ALSTOM.

FACE Grand Lyon a animé une nouvelle session de stage collectif en entreprise avec des jeunes en classe de 3ème prépa pro des lycées Alfred de Musset, Magenta et Marie Curie de Villeurbanne.

Cette expérience s’est déroulée du 18 au 22 décembre sur le site de ALSTOM Transports à Villeurbanne.

Le programme vise les objectifs suivants :  

  • sensibiliser les jeunes au monde du travail (connaître les codes et le fonctionnement de l’entreprise, son organisation),
  • bénéficier d’une première expérience concrète (découvrir un secteur d’activité et les métiers d’une entreprise ou d’une association),
  • aider les jeunes à bâtir leur orientation (faire prendre conscience aux jeunes de la diversité des métiers et des compétences clés requises pour chacun d’entre eux),
  • faire le lien entre les activités scolaires et professionnelles (montrer aux jeunes que ce qui est appris en cours est utilisable en entreprise, rapprocher au plus tôt les entreprises et les jeunes et partager les attendus en terme de savoir être).

Durant 5 jours, les jeunes villeurbannais ont découvert les activités et les nombreux métiers de l’entreprise ALSTOM. Les activités en sous-groupes ont permis la naissance d’une émulation et d’une véritable coopération, ce qui a largement dynamisé l’expérience. 


Les jeunes stagiaires ont découvert les activités de production, de tests, d’innovation et de conception du site d’ALSTOM de Villeurbanne. 


  • présentation de l’entreprise ALSTOM
  • visite de l’atelier de production des cartes électroniques
  • découverte du laboratoire de tests des panneaux de signalisation TGV à l’étranger
  • manipulations dans le showroom de l’espace passager du futur
  • interviews de salariés, mise en situation autour des compétences transverses
  • CV
  • lettres de motivation

Stage collectif alstom

  • simulations d’entretiens
  • pratique de l’anglais en entreprise

et un projet « fil rouge » sur lequel les jeunes ont travaillé toute la semaine :

«Comment faire découvrir les métiers d’ALSTOM aux jeunes d’aujourd’hui». 


Les maquettes et affiches créées par les jeunes sur le projet fil rouge ont été présentées à un jury final qui a su récompenser les meilleures productions. Le jury de professionnels ALSTOM a été impressionné par la compréhension du sujet et l’investissement des jeunes sur ce projet. Leurs productions sont actuellement exposées dans l’entreprise, et il est prévu de les utiliser sur des événements de communication internes et externes.


exemple de maquette réalisée par les jeunes en stage collectif au sein de l'entreprise alstom

stage collectif entreprise alstom

les eleves en stage collectif chez alstom présentant leurs maquettes et affiches realisées



Lors de la cérémonie de remise des attestations, les invités étaient ravis de constater la prise de conscience des 10 compétences clés par les élèves : esprit d’équipe, créativité, persévérance, confiance en soi, autonomie, sens des responsabilités, sens de l’organisation, esprit d’initiative, sens de la communication, maîtrise de son environnement.

Chaque jeune s’est vu remettre un livret individuel sur lequel il a pu travailler, prendre des notes et avoir un outil pédagogique utilisable à plus long terme.

Le jury de professionnel.le.s de l’entreprise ALSTOM a été impressionné par la créativité et l’angle de vue des jeunes des métiers d’ALSTOM ainsi que la complémentarité des trois projets. Le travail sur les compétences transverses comme une « passerelle » entre l’école et l’entreprise a été largement apprécié par les équipes de Direction et les équipes RH de l’entreprise !

Les jeunes se sont beaucoup investis pour créer ces maquettes et affiches, qui seront utilisées par le service communication d’ALSTOM.


présentation par les jeunes en stage collectif de leurs maquettes et affiches a un jury composé de professionnels de l'entreprise alstom


 Une cérémonie est venue clore cette semaine d’immersion 


Après une semaine d’immersion intense et à la veille de Noël, institutionnels, parents, principal des lycées & enseignants, salarié.e.s de l’entreprise ALSTOM, se sont réunis pour féliciter les élèves.


Toutes et tous ont semblé ravis de constater la prise de conscience des 10 compétences clés par les jeunes :

·         créativité,

·         esprit d’équipe,

·         persévérance,

·         confiance en soi,

·         autonomie,

·         sens des responsabilités,

·         sens de l’organisation,

·         esprit d’initiative,

·         sens de la communication,

·         maîtrise de son environnement.


Toutes nos actions en faveur de l’éducation & de la culture sont rendues possibles grâce à l’attribution de votre Taxe d’Apprentissage à notre club !


[edsanimate_start entry_animation_type= « tada » entry_delay= « 0 » entry_duration= « 1 » entry_timing= « linear » exit_animation_type= «  » exit_delay= «  » exit_duration= «  » exit_timing= «  » animation_repeat= « 1 » keep= « yes » animate_on= « hover » scroll_offset= «  » custom_css_class= «  »]Attribuer la Taxe d’Apprentissage de mon entreprise à FACE Grand Lyon[edsanimate_end]


« Le tri, c’est la vie ! »

Un slogan imaginé par des élèves du collège Alain de Saint-Fons, en immersion professionnelle lors d’un stage collectif au sein de l’entreprise SUEZ Recyclage & Valorisation.

separateur


FACE Grand Lyon a animé une nouvelle session de stage collectif en entreprise avec des jeunes en classe de 3ème au collège Alain  à Saint-Fons.
Cette expérience s’est déroulée du 11 au 15 décembre sur le site sainfoniard de SUEZ Recyclage & Valorisation.

Le programme vise les objectifs suivants : 

  • sensibiliser les jeunes au monde du travail (connaître les codes, le fonctionnement de l’entreprise et son organisation),
  • bénéficier d’une première expérience concrète (découvrir un secteur d’activité et les métiers d’une entreprise ou d’une association),
  • aider les jeunes à bâtir leur orientation (faire prendre conscience aux jeunes de la diversité des métiers et des compétences clés requises pour chacun d’entre eux),
  • faire le lien entre les activités scolaires et professionnelles (montrer aux jeunes que ce qui est appris en cours est utilisable en entreprise, rapprocher au plus tôt les entreprises et les jeunes et partager les attendus en terme de savoir être).

Durant 5 jours, les jeunes sainfoniards ont découvert les activités et les nombreux métiers de l’entreprise SUEZ Recyclage & Valorisation. Les activités en sous-groupes ont permis la naissance d’une émulation et d’une véritable coopération, ce qui a largement dynamisé l’expérience. 


Au programme :

présentation de l’entreprise sur le site d’exploitation de Saint-Fons, visite de l’atelier, découverte des différents véhicules de collecte et de nettoyage, interviews de salarié.e.s, mises en situations autour de compétences transverses, ateliers CV, lettres de motivation ou simulations d’entretiens, pratique de l’anglais professionnel…


visite du site SUEZ R&V à saint fons

atelier découverte métiers chez suez r&v


Les jeunes ont également travaillé sur un projet « fil rouge » tout au long de la semaine, sur la base d’un sujet commun : « Comment aider les ambassadeurs du tri à convaincre les habitants de Saint-Fons à trier leurs déchets? ».

Les maquettes et affiches réalisées pour répondre à cette problématique ont été présentées par les élèves à un jury final qui a récompensé l’équipe la plus convaincante.
Le jury de professionnel.le.s de l’entreprise SUEZ Recyclage & Valorisation a été impressionné par la très bonne compréhension de la problématique ainsi que la complémentarité des trois projets.

les jeunes en stage chez suez r&v présentent le projet final qu'ils ont realisés sur la base d'une problématique

les jeunes en stage chez suez r&v présentent le projet final qu'ils ont realisés sur la base d'une problématique

les jeunes en stage chez suez r&v présentent le projet final qu'ils ont realisés sur la base d'une problématique


affiche réalisée par les eleves

maquette réalisée par les eleves

maquette réalisée par les eleves


Les jeunes se sont beaucoup investis pour créer ces maquettes et affiches, qui seront utilisées sur le terrain par les ambassadeurs du tri.


Pour leur dernier jour de stage, les jeunes avaient préparé une surprise avec le Directeur régional : la chanson de Big Flo & Oli, « Dommage », revisitée et chantée devant un large public.
Leur but était de mettre en avant le terme « oser », un mot qui veut dire beaucoup pour ces jeunes qui ont vécu leur toute première expérience professionnelle.

 Une cérémonie est venue clore cette semaine d’immersion

Après une semaine d’immersion intense, institutionnels, parents, principal du collège & enseignants, salarié.e.s de l’entreprise SUEZ  R & V ainsi que tout le Conseil d’Administration de FACE Grand Lyon, se sont réunis pour féliciter les élèves.


Toutes et tous ont semblé ravis de constater la prise de conscience des 10 compétences clés par les jeunes :

  • créativité,
  • esprit d’équipe,
  • persévérance,
  • confiance en soi,
  • autonomie,
  • sens des responsabilités,
  • sens de l’organisation,
  • esprit d’initiative,
  • sens de la communication,
  • maîtrise de son environnement.

Nous remercions :

François Pyreck (SUEZ R&V, Directeur régional),
Laurent Sulkowski (
SUEZ  R&V, Directeur d’agence et Président du jury)

José Messer (Président de FACE Grand Lyon, AG2R LA MONDIALE Rhône Auvergne), 
Catherine Pelet-Delavoet (Déléguée du Préfet en charge de l’égalité des chances sur Saint-Fons & Vénissieux),
Claire Vian (
Métropole de Lyon, Chargée de mission Direction Éducation),
Ariane Le Velly (Adjointe déléguée à la politique de la ville – Mairie de Saint-Fons),

pour leurs discours enthousiastes et encourageants !


Soutenez nos actions en faveur de l’éducation & de la culture,

choisissez FACE Grand Lyon comme organisme collecteur

de votre Taxe d’Apprentissage 2018 !


[edsanimate_start entry_animation_type= « tada » entry_delay= « 0 » entry_duration= « 1 » entry_timing= « linear » exit_animation_type= «  » exit_delay= «  » exit_duration= «  » exit_timing= «  » animation_repeat= « 1 » keep= « yes » animate_on= « hover » scroll_offset= «  » custom_css_class= «  »]En savoir plus sur la Taxe d’Apprentissage[edsanimate_end]

[edsanimate_start entry_animation_type= « tada » entry_delay= « 0 » entry_duration= « 1 » entry_timing= « linear » exit_animation_type= «  » exit_delay= «  » exit_duration= «  » exit_timing= «  » animation_repeat= « 1 » keep= « yes » animate_on= « hover » scroll_offset= «  » custom_css_class= «  »]Choisir FACE Grand Lyon[edsanimate_end]


Prévention des discriminations envers les populations LGBT : Comment agir en entreprise ?

Retour sur notre soirée
« Prévenir les discriminations envers les populations LGBT : Comment agir en entreprise ? »


separateur


Le mardi 12 décembre 2017, FACE Grand Lyon a organisé, en collaboration avec FormaSup ARL, une soirée consacrée à la prévention des discriminations envers les populations LGBT* dans le monde du travail.

À cette occasion, le Défenseur des Droits, l’entreprise Sodexo ainsi que les associations L’Autre Cercle et Chrysalide sont venus s’exprimer sur le sujet et présenter leurs actions en faveur de l’inclusion des personnes LGBT

 

L’entreprise Enedis, adhérente et engagée à nos côtés, était également représentée au cours de cette soirée.
C’est Cécile Varaldi, Vice-Présidente de FACE Grand Lyon et  Chargée de mission collectivités locales et RSE à Enedis, qui a présenté le club au public présent. 



Monsieur le directeur de formasup arl

madame nicole heritier de formasup arl


madame cecile varaldi de l'entrerise enedis adherente a face grand lyon


« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. »
Antoine de Saint-Exupéry


Cet événement a permis de revenir sur les enjeux des politiques inclusives et de l’évolution des mentalités sur les orientations sexuelles et les identités de genre.

Les différentes interventions et les témoignages ont fait ressortir le caractère encore tabou de ces questions, notamment dans l’entreprise. 

temoignages de personnes transgenre de l'association chrysalide


temoignages de personnes transgenre de l'association chrysalide


Certain.e.s ont fait part de leurs difficultés à dévoiler leur identité (ou faire leur « coming-out ») au sein de leur entreprise, ne se sentant pas dans un climat « de confiance » ou bienveillant à leur égard. Les personnes LGBT vivent dans un état de stress continu car elles doivent souvent dépenser beaucoup d’énergie pour adopter des stratégies d’évitement ou d’adaptation.

Par exemple, il peut leur arriver de s’inventer une vie de famille pour éviter de dévoiler leur homosexualité. C’est préjudiciable à la fois pour ces personnes mais aussi pour leur entreprise. 


Echange de bonnes pratiques


intervention d'un membre de l'association l'autre cercle

Cependant, de nombreuses initiatives pour un environnement plus « friendly » envers les personnes LGBT et des bonnes pratiques ont été mises en avant lors de la soirée.

L’écoute et l’anticipation ont été présentées comme des conduites positives à adopter. Les personnes LGBT peuvent par exemple expliquer et préparer leurs collaborateur.rice.s en « one to one ». Ces relations interpersonnelles sont bénéfiques à la compréhension et à l’acceptation.


L’entreprise joue aussi un rôle en accompagnant les personnes dans leurs démarches et en s’inscrivant dans une politique inclusive.

Différents outils pédagogiques ont ainsi été mis en avant durant cette soirée.
Par exemple, le guide « Les transidentités et l’insertion professionnelle » mis en place par Chrysalide recense des bonnes pratiques de gestion dans le cas d’un changement de sexe d’un.e collaborateur.rice. Il existe aussi la Charte d’engagement LGBT de L’Autre Cercle.

presentation par l'entreprise sodexo de ses bonnes pratiques en entreprise pour lutter contre les discriminations envers les populations LGBT


Enfin, l’entreprise Sodexo s’attache à déconstruire les stéréotypes depuis le lancement de son réseau Pride en 2013, suivi par la construction d’un guide de conversation visant à favoriser l’instauration d’un milieu de travail équitable et respectueux.


« Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde. »
Ghandi


La soirée a été ponctuée de saynètes humoristiques jouées par la Ligue d’Improvisation Lyonnaise, qui s’est inspirée des discours des intervenant.e.s sur la transidentité, le « coming-out » ou encore les préjugés. 


saynetes par la ligue d'improvisation lyonnaise pour faire passer des messages sur les discriminations envers les populations lgbt

saynetes par la ligue d'improvisation lyonnaise pour faire passer des messages sur les discriminations envers les populations lgbt


discours de cloture par un representant de la dilcrah


Un représentant de la DILCRAH, délégation qui a soutenu l’organisation de cet événement, a clos la soirée par un discours optimiste reprenant les outils développés pour lutter contre les discriminations à l’encontre des personnes LGBT. Il a insisté sur la volonté de l’État de faire avancer l’égalité dans le monde du travail mais aussi dans toutes les sphères de la société.


FACE Grand Lyon continue de travailler sur ces sujets et proposera d’autres actions autour de cette thématique en 2018. Par ailleurs, un recensement des différents outils pouvant être utilisés par les entreprises dans le cadre de leur politique diversité est en cours de réalisation.


* Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transsexuelles


Vous aussi, engagez-vous à nos côtés dans la lutte

contre l’exclusion et la discrimination !


[edsanimate_start entry_animation_type= « tada » entry_delay= « 0 » entry_duration= « 1 » entry_timing= « linear » exit_animation_type= «  » exit_delay= «  » exit_duration= «  » exit_timing= «  » animation_repeat= « 1 » keep= « yes » animate_on= « hover » scroll_offset= «  » custom_css_class= «  »]Adhérer à FACE Grand Lyon[edsanimate_end]


Un tableau de bord de l’égalité Femmes/Hommes


Première de couverture d'un guide sur le processus des inégalité femmes hommes


Ces dernières années, l’avancée sur le chemin de l’égalité entre les femmes et les hommes est une priorité pour les pouvoirs publics. Le mercredi 06 décembre 2017, FACE Grand Lyon a assisté à la présentation de l’étude régionale « Où commence l’inégalité entre les femmes et les hommes ? » menée conjointement par la DIRECCTE, la DRDFE et les Rectorats.

En effet, les services de la DIRECCTE, des Rectorats, et de la DRDFE ont conduit un travail conjoint à l’échelle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans l’objectif de créer un tableau de bord de l’égalité femmes-hommes. L’étude statistique interroge l’égalité entre les femmes et les hommes en explorant différents domaines : les sphères de l’école, du travail domestique, du travail, du chômage, du salaire et de la pension. 


Les chiffres clés de l’étude 

ÉCOLE – Dans l’enseignement supérieur, les femmes sont majoritaires parmi les étudiant.e.s en Licence et en Master, mais leur part diminue dès le Doctorat et décroit au fur et à mesure que le niveau hiérarchique augmente pour n’être finalement qu’une minorité de présidentes d’Université.

FOYER – À l’échelle de la semaine, les hommes passent 14 heures à effectuer des tâches domestiques contre 24 heures pour les femmes.

EMPLOI – Entre 1968 et 2012, la part de femmes employeuses est restée stable (2%), soit une part trois fois plus faible que celle des hommes.

Parmi la population cadre, 31% sont des femmes, 69% sont des hommes.

Le temps partiel concerne près de 30% des femmes en emploi, contre 8% des hommes. Les femmes sont d’autant plus nombreuses à temps partiel qu’elles ont des enfants, la situation s’inversant pour les hommes.

Les femmes en région Auvergne-Rhône-Alpes perçoivent un salaire horaire brut inférieur de 18% à celui des hommes, écart qui va en s’accentuant au fil des âges. Une partie de l’écart salarial s’explique par le recours plus fréquent des femmes au temps partiel et aux emplois moins valorisés : 44,8 % des emplois féminins sont concentrés dans quelques secteurs peu rémunérateurs, comme l’administration publique, la santé, l’enseignement ou l’action sociale. Pourtant lorsque l’on compare les rémunérations à conditions équivalentes (secteur, temps plein, âge, etc.), il reste un écart de 9,9 % qui constitue une discrimination « pure ».

Les résultats de cette étude mettent en évidence le fait que si l’égalité de droit est désormais garantie, de nombreuses inégalités de fait restent présentes. Pour en savoir plus, lien vers le document en ligne à télécharger en PDF : ;


À partir de ce constat, il est important de se pencher sur les actions et les dispositifs qu’il est possible de mettre en place pour progresser vers l’égalité entre les sexes dans ces divers domaines.

Les outils & services proposés par FACE Grand Lyon 


Pour aller dans ce sens, FACE Grand Lyon a développé plusieurs outils et offres de services :

  • Formations et sensibilisations sur l’égalité professionnelle (½ journée à 2 jours de formation),
  • Diagnostics RH et conseils en communication (révision des outils RH et des différents supports de communication…),
  • Accompagnements aux labels notamment les labels Diversité et Egalité,
  • Actions de découverte des métiers et de recrutement en lien avec la diversité (découverte des métiers du gaz, de l’électricité, de conducteur de bus pour des femmes et d’hôte de caisse pour des hommes)
  • Des outils concrets mobilisables par les entreprises :– un cahier co-réalisé en 2016 dans le cadre du projet « Raconte-moi ton métier, un métier qui n’a pas de sexe » destiné à promouvoir la mixité professionnelle à travers 16 cas pratiques

    – un guide « L’articulation des temps de vie en entreprise : les clés pour convaincre et agir de manière concrète »

première de couverture d'un guide sur la mixité réalisé dans le cadre du projet raconte moi ton métier un métier qui n'a pas de sexe


guide sur les clés pour convaincre et agir de maniere concrete


première de couverture du guide façon bannière


Plus largement, le réseau et la Fondation FACE mènent également des actions en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes :

  • Des guides :

« Agir contre les violences faites aux femmes », 2016

« La Gestion Prévisionnelle des Temps de Vie en Entreprise », 2013

« L’égalité femmes-hommes dans les dispositifs de repérage des potentiels », 2013

« Présentéisme et inégalités entre les femmes et les hommes, le point de vue des membres du réseau Win de GDF Suez », 2013

« Guide méthodologique : développer un réseau de mentoring inter-entreprises », 2013

 

  • Une vidéo de sensibilisation sur la « Mixité des métiers : au travail, c’est le talent qui compte ! » est disponible sur le site internet de la Fondation. 

Dans la continuité de ses actions, FACE Grand Lyon organise le 06 mars 2018
un petit-déjeuner sur le thème de l’égalité filles-garçons dans le domaine de l’éducation.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter l’équipe de FACE Grand Lyon au 04 37 42 01 45 


FACE Grand Lyon & Le Plan de Lutte Contre les Discriminations : retour sur 2 événements

Depuis 2015, FACE Grand Lyon est partenaire du Plan de Lutte Contre les Discriminations de Saint-Priest en co-animant le Club RH.


Entre septembre et novembre 2017, le Club RH s’est réuni 2 fois.

Retour sur ces deux rencontres !


séparateur


26 septembre 2017 
Remise du Guide pratique « Prévention des discriminations et management de la diversité au sein des organisations »


Le mardi 26 septembre 2017, le Club RH de Saint-Priest a organisé une matinale dédiée à la remise du Guide pratique « Prévention des discriminations et management de la diversité au sein des organisations ».

Différent.e.s collaborateur.rice.s sont venu.e.s témoigner de leurs expériences et partager des bonnes pratiques.

Un éclairage sur le cadre juridique entourant la problématique des discriminations dans le monde du travail a également été apporté par le Défenseur des Droits. 


evenement plan de lutte contre les discriminations


À l’issue de cette matinée, le guide pratique a été remis aux participant.e.s par Mme Corsale, Première Adjointe de la Ville de Saint-Priest.

Ce guide centralise les différentes informations traitées dans les 14 rencontres du Club RH.  Il a été conçu pour être un outil pratique que les entreprises peuvent utiliser comme une « boîte à outils » pour prévenir les discriminations et déployer leur politique diversité. Il est composé de 3 parties : 


guide fait avec plan de lutte contre discriminations

  • 1ère partie : le cadre conceptuel et juridique des discriminations (définition, critères…) et le rôle des stéréotypes
  • 2ème partie : l’impact des discriminations sur les pratiques de recrutement et de gestion des salarié.e.s
  • 3ème partie : zoom sur certains critères de discrimination

 


16 novembre 2017

Découverte de deux outils de sensibilisation sur le handicap en entreprise


Le jeudi 16 novembre 2017, le Club RH de Saint-Priest a organisé une matinale au sein de l’entreprise Boehringer Ingelheim sur le thème « Handicap en entreprise : agir et sensibiliser son équipe ».

Le choix du thème et de la date de cet événement n’a pas été fait au hasard : il s’intégrait dans la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. 


matinale handicap en entreprise


Cette rencontre a été l’occasion pour les entreprises partenaires de découvrir des outils ludiques et pédagogiques permettant d’ouvrir le dialogue et d’en apprendre plus sur la question du handicap en entreprise, le tout dans une ambiance chaleureuse et conviviale. 


Retour sur le déroulé de la matinale :

  • Dans un premier temps, l’entreprise Boehringer Ingelheim (Ex. MERIAL) situéhandicap en entreprisee à Saint-Priest a ouvert ses portes pour une visite guidée des locaux. 

 

  • Ensuite, le cabinet RH T’hompouss Consultants a présenté son jeu Coup d’Pouss, un outil de sensibilisation créatif dont les entreprises peuvent se saisir pour aborder les enjeux du handicap avec leurs collaborateur.rice.s.

 

  • Enfin, une représentation théâtrale de 30 minutes traitant du handicap invisible en entreprise a été présentée par la troupe
    Co-Théâtre.

 


séparateur


Le Club RH du Plan de Lutte Contre les Discriminations de Saint-Priest


Créé en 2010, le club RH est un lieu d’échange, de partage et de production où les entreprises peuvent :

  • être informées du cadre juridique et conceptuel des discriminations,
  • mutualiser leurs expériences en matière de recrutement, de gestion des ressources humaines, de gestion des relations clients/fournisseurs,
  • trouver un appui, des conseils qui répondent à leurs questionnements,
  • coproduire des outils communs adaptés à leurs besoins.

Enquête : les besoins des aidant·e·s actif·ve·s

FACE Grand Lyon réalise une enquête sur les besoins des aidant·e·s actif·ve·s pour l’un de ses partenaires.

séparateur


Le terme « aidant·e·s actif·ve·s » désigne toutes les personnes qui en parallèle de leur emploi  accompagnent un proche dans les actes de la vie quotidienne. Les contraintes inhérentes, qu’elles soient matérielles, psychologiques, temporaires ou durables bouleversent alors leur quotidien. 

Mieux appréhender les besoins pour mieux y répondre

Cette enquête a pour but de mieux appréhender leurs difficultés à concilier vie professionnelle, vie personnelle et vie d’aidant·e, et à terme de proposer des solutions d’aide ou d’appui au sein de ses entreprises adhérentes et partenaires. 

Aujourd’hui, tout un chacun peut devenir aidant·e.

Un·e enfant, un·e conjoint·e, un·e proche, un·e voisin·e peut basculer dans une situation de handicap, de maladie ou plus largement de perte d’autonomie. 

Sur les 8.3 millions d’aidant·e·s en France :

  • 1 aidant·e sur 2 est salarié·e d’entreprise
  • Ils/elles représentent entre 15 et 20% des salarié·e·s dans une entreprise 

 

Bien que leurs collègues ou leurs supérieur·e·s hiérarchiques soient informé·e·s davantage de leur situation, certains aidant·e·s restent méfiant·e·s et préfèrent préserver leur vie privée de peur  d’être freiné·e·s dans leur carrière ou bien de ne pas être soutenu·e·s par leur entreprise. 

Un contexte professionnel compliqué

Penser soutenir une personne aidante active en la soulageant de son travail pourrait être une erreur. L’emploi est une chose essentielle qui leur permet de pouvoir se consacrer à d’autres choses qu’aux tâches qu’ils ont auprès de la personne aidée. Certaines personnes s’épanouissent dans leur travail et y trouvent une réelle utilité sociale. 

Les aidant·e·s peuvent apparaître comme des freins pour les entreprises alors qu’ils sont des atouts incontestables en terme d’organisation, d’autonomie, d’adaptation ou encore de responsabilité.


séparateur

Suite à ce constat, FACE Grand Lyon souhaite en apprendre davantage sur les besoins des personnes aidant·e·s actif·ve·s et leurs attentes vis-à-vis de leur entreprise en les associant un maximum aux processus d’évolution. 


Personnes aidantes actives, votre avis nous intéresse !

N’hésitez pas à vous exprimer librement en répondant à cette enquête :


Répondre au questionnaire


AGIR RSE – Harmoniser tous les actes de l’entreprise

AGIR RSE

, une semaine pour passer de l’inspiration à l’action

L’entreprise libérée…quésaco ?

séparateur

Depuis plusieurs années, nous entendons parler de l’entreprise libérée. Mais qu’entendons-nous par entreprise libérée ?

Dans leur ouvrage « Liberté et Cie » paru en 2012, Isaac Getz et Brian M. Carney définissent l’entreprise libérée comme celle où « les salariés sont libres et responsables d’entreprendre toutes les actions qu’ils estiment les meilleures pour l’entreprise». Une définition intéressante qui déstabilise notre façon de concevoir traditionnellement l’organisation d’une entreprise et qui suscite beaucoup de questions : comment travaille-t-on dans une entreprise libérée? Comment s’organise-t-elle au quotidien? Comment les décisions sont-elles prises? Autant de questions auxquelles Kevin Delfour de l’entreprise Sogilis va répondre. 



Rencontre avec Kevin Delfour de l’entreprise Sogilis.

entreprise sogilis photo


Pouvez-vous nous présenter l’entreprise ?

sogilis logo oiseau

Sogilis est une société de services créée en 2008 par Christophe Baillon. Nous sommes spécialisés dans la conception de logiciels et applications informatiques. L’entreprise va également plus loin puisque nous proposons à nos client.e.s un accompagnement sur leur business modèle et leur stratégie financière.

Notre travail au quotidien doit répondre à 3 objectifs : enthousiasmer le client, être rentable et, pour les salariés, s’épanouir au travail.


Pourquoi parler de Sogilis comme étant une entreprise libérée ?

Parce qu’il n’y a pas de manager ni de lien hiérarchique. L’ensemble de l’équipe s’autogère. Les collaborateur.rice.s discutent et décident ensemble aussi bien de la validation ou non des demandes client.e.s que de la vie de l’entreprise comme les actions de communication et financières. Nous sommes libres de proposer, d’agir, et de décider à partir du moment où les 3 objectifs cités précédemment sont respectés. Par exemple, les augmentations de salaires sont décidées en équipe tout en sollicitant l’avis des gérants afin que nos décisions ne mettent pas en péril l’entreprise si nous avons des doutes. 




« L’entreprise libérée c’est là où il fait bon vivre ! »

« Travailler dans une entreprise libérée est plus stressant, mais c’est du bon stress qui favorise le bien-être au travail ! »

Les collaborateur.rice.s ont également la possibilité de proposer des projets plus personnels et d’avoir du temps dédié pour les développer.

Nos maîtres mots sont : liberté, initiative, écoute et respect. 


Quels outils ou méthodes d’organisation utilisez-vous ?

Nous utilisons plusieurs outils informatiques pour faciliter la collaboration et les prises de décisions (mails pour le suivi des projets et un logiciel de discussion instantanée pour la vie de l’entreprise). Nous avons instauré des points quotidiens, hebdomadaires et mensuels  pour gérer les problèmes au quotidien, suivre les actions et partager avec l’équipe. Concernant la gestion des ressources humaines, les entretiens annuels d’évaluation sont réalisés par les collaborateur.rice.s eux-mêmes. Les évaluateur.rice.s vont être les collègues avec lesquel.le.s nous avons le plus collaboré dans l’année. 


« Les personnes portent leur responsabilité au niveau individuel et collectif »


Nous avons également mis en place les entretiens 360° : tou.te.s collaborateur.rice.s ont la possibilité de solliciter ce type d’entretien. Le principe est simple, toute l’équipe se réunit pour échanger sur ce que l’équipe préconise comme axe d’amélioration ou apprécie chez la personne qui a sollicité l’entretien. 


Enfin nous avons mis en place le concept des « pizzacodes » qui consiste à se réunir en soirée avec des pizzas pour partager les compétences en codage et développement informatique. 


Comment imaginez-vous la suite pour Sogilis ?

Le développement du business sera qualitatif : notre objectif n’est pas de multiplier le nombre de nos client.e.s, mais d’avoir une liste d’attente de client.e.s !


Nous voulons également rester une entreprise à taille humaine et aller plus loin dans le concept d’entreprise libérée sous l’angle de l’innovation sociale par rapport à nos propres valeurs. Par exemple, nous réfléchissons aujourd’hui au principe des « congés illimités » : ne pas se limiter à 5 semaines/an mais prendre autant de congés que la rentabilité de l’entreprise et notre travail au quotidien nous le permettent. 


Quelles sont les limites selon vous de l’entreprise libérée ?

Je visualise 3 limites à la mise en œuvre d’une entreprise libérée :

  • Le nombre de collaborateur.rice.s car ce qui est possible pour une entreprise de 10 à 30 personnes peut être plus compliqué pour une plus grande entreprise si son modèle n’est pas libéré à l’origine.
  • Les limites liées au périmètre, il me semble important de limiter son activité à son cœur de métier, ce que nous savons bien faire,  de garder une vision commune.
  • L’entreprise libérée n’est pas compatible avec tou.te.s salarié.e.s, il faut que les personnes soient autonomes, qu’elles aient envie d’avoir des responsabilités et de s’investir comme si c’était leur propre entreprise.

« Ceux qui font sont ceux qui savent le mieux ce qui est bon pour l’entreprise. » 

« Tu ne changeras pas la personne mais tu peux changer le cadre pour la faire évoluer !» 

« Ce n’est pas parce qu’on peut tout faire qu’on peut faire n’importe quoi ! »


FACE Grand Lyon vous forme à la non-discrimination

Une nouvelle obligation pour les entreprises

Dans le cadre du projet de loi « Egalité et Citoyenneté » de janvier 2017, les entreprises de plus de 300 salarié.e.s ont désormais l’obligation de former leurs professionnel.le.s du recrutement à la non-discrimination.

FACE Grand Lyon propose la formation « Prévenir les discriminations dans vos recrutements »

Cette formation permet aux entreprises de maitriser le cadre légal des discriminations ainsi que ses impacts sur les pratiques de recrutement, et ainsi de limiter les risques financiers et juridiques.

Plus qu’une obligation légale, cette formation a également un réel intérêt éthique et social. Elle permet de réfléchir et de construire une véritable politique de recrutement optimale, donnant la priorité aux compétences, aux aptitudes et aux connaissances professionnel.le.s.

Elle s’adresse donc à tous les acteur.rice.s contribuant à la gestion des ressources humaines, au dialogue social ou à la gestion des équipes au quotidien, dans les entreprises, collectivités et associations.

 De nombreux objectifs :

  • Comprendre et adhérer aux enjeux de la prévention des discriminations et de la mise en œuvre de l’égalité de traitement.
  • Connaître le cadre juridique des discriminations et les principaux points de vigilance dans un processus de recrutement.
  • Engager une réflexion sur ses propres pratiques.
  • Favoriser l’acquisition de nouveaux comportements professionnels pour aller vers la mise en œuvre de l’égalité de traitement.

Au programme :

  • Le cadre juridique des discriminations et les concepts fondamentaux
  • Rôle et place des représentations et des stéréotypes dans les pratiques professionnelles.
  • Études de cas et/ou analyses de situations professionnelles vécues par les participant.e.s
  • Échanges autour des « bonnes pratiques » et repérage des « zones à risque »
  • Axes de progrès et moyens de mise en œuvre de l’égalité de traitement dans l’entreprise.

La formation, d’une journée,  revient à 630€ par participant.e et peut être prise en charge au titre de la formation continue.


 Vous êtes intéressé.e ?

Laissez vous guider par Jessica Treger, cheffe de projet

j.treger@fondationface.org

« Elle est digitale : Des métiers pour votre avenir »

Jeudi 8 juin 2017, la première matinale du collectif L Digital rassemblait plus de 90 personnes à l’Espace Numérique Entreprises du 9e arrondissement de Lyon.

L’évènement visait à faire découvrir à des femmes, en réflexion sur leur évolution professionnelle, un éventail de métiers du digital à travers des témoignages de professionnelles. 

photo matinée L digital


Le programme se voulait complet et dynamique puisqu’il a permis :

  • Une présentation du collectif L Digital et des métiers du numérique,
  • Des ateliers collectifs où les participant.e.s ont échangé sur leur parcours professionnel et sur leur attrait pour le domaine du digital. Ils et elles ont pu sélectionner plusieurs questions à soumettre aux professionnelles présentes : Quelles études mènent aux métiers du numérique ? Quels sont les débouchés ? Quelles peuvent-être les difficultés du milieu et les atouts principaux ?…
  • Des témoignages où les professionnelles du digital ont pu raconter leur parcours, leur motivation et répondre aux différentes questions sélectionnées.

L’équipe de FACE Grand Lyon est heureuse d’avoir intégré le collectif L Digital et d’avoir participé à l’organisation de cette belle matinale.

Zoom sur le collectif L Digital


logo l digital

Zoom sur le collectif L Digital

« L Digital est un collectif de structures et associations sensibles à la place des femmes dans les métiers du numérique.

Ces membres, qui participent activement sur la thématique, se sont rassemblés pour coordonner leurs actions respectives et générer une nouvelle synergie. Indirectement le collectif contribue de façon plus large au développement et l’attractivité de la filière numérique dans la région.

Son fonctionnement est basé sur la volonté, l’action concrète et/ou la mise à disposition de moyens de la part de ses membres. Son organisation de type holacratique reste informelle et agile, rassemblant les différentes énergies selon les besoins ».

 La coordination du collectif est portée par deux femmes : Virginie BOISSIMON-SMOLDERS responsable des programmes d’incubation à l’EMLYON et Karine BONTEMPS consultante-formatrice en transformation digitale. »

Face Grand Lyon